Débrider son vélo électrique de A à Z

Censé être une alternative moderne à différents modes de déplacement, le VAE doit donc en avoir la capacité. Pour beaucoup d’adeptes du cycle à assistance électrique, la limite des 25km/h est insuffisante dans de nombreux cas de figure : professionnel, sportif voire loisir. Peut-on dépasser la limite de 25 km/h et si oui, comment ? Je vais essayer de répondre de la manière la plus claire possible à ces questions en espérant qu’à la fin de cet article vous sachiez tout ce qu’il y a à savoir sur le débridage des VAE.

Le débridage, de quoi s’agit-il ?

Débrider un vélo électrique consiste à supprimer la limite d’assistance au pédalage. Ainsi on libère toute la puissance électrique de son moteur, de façon à ce que le véhicule roule plus vite qu’initialement. Un VAE « normal » livré conformément à la règlementation en vigueur, est doté d’un moteur de 250 watts et vous assiste jusqu’à 25 km/h. Cette limite n’est pas due au moteur lui même mais à la bride constructeur intégrée dans le moteur.

Avant de dérouler tout le tutoriel, sachez qu’il existe un site vendeur de kit de débridage pour VAE équipé d’un moteur central (pedelec) : Lilibike.com

Voici concrètement comment fonctionne le bridage :

  • Un capteur est placé sur le cadre de façon symétrique à un aimant placé sur un des rayons de la roue arrière. Ce dispositif mesure la fréquence du passage de l’aimant au même niveau que le capteur, et le transmet au contrôleur.
  • Le contrôleur reçoit les données et les compare aux informations nativement stockées dans son système, à savoir la circonférence de la roue et la limite de 25km/h. De cette façon, il peut connaître la vitesse engagée par le vélo et coupe automatiquement l’assistance quand le seuil des 25km/h est atteint

Vélos électriques débridés et speed bikes : qu’en dit la règlementation ?

La législation en Europe distingue 2 catégories de VAE en fonction de leur vitesse maximale initiale :

  • Les Speed Bikes qui présentent une vitesse de pointe de 45km/h ou plus, et n’ont donc normalement aucun besoin de débridage. Ces bicyclettes surpuissantes sont légalement assimilées aux cyclomoteurs et peuvent circuler sur la voie publique. Mais ils sont entièrement soumis au Code de la route, emportant toutes les conditions liées à l’usage de ce type de véhicules : port de casque, permis, immatriculation, possession d’une assurance deux-roues valide…
  • Les VAE jusque 25 km/h pouvant faire l’objet de débridage sont dits « homologués » et non considérés comme des cyclomoteurs (à l’instar du Canada par exemple, oui la vitesse limite avec assistance est de 32 km/h). Devant avoir obligatoirement un moteur de 250W maximum, ils sont légalement considérés comme des bicyclettes classiques sans moteur. Ils peuvent aussi rouler sur les voies publiques sans condition. Mais pour cette classe de VAE, toute modification apportée (ultérieurement) à la motorisation ou au système d’assistance est illégale. Cela amène au retrait de son homologation et donc à son interdiction de circuler. Une fois ces vélos débridés, ils ne pourront donc accéder qu’à un terrain privé ou spécifiquement dédié, comme un parcours de VTT dans un domaine clôturé par exemple.

Consulter la fiche pratique sur le site de la DGCCRF pour tout connaitre sur la législation en vigueur, ou téléchargez là au format PDF.

Si l’on décide donc de débrider son VAE homologué et de rouler dans un milieu public, il faut s’attendre à des sanctions au cas les autorités le découvrent. Bien sûr, il sera difficile pour les agents de police de distinguer d’eux-mêmes un VAE homologué de celui qui ne l’est pas. Cela dit, en dehors des radars de vitesse, la survenue d’un accident mettra tout en évidence.

Mais pourquoi donc débrider son vélo électrique ? Les réponses sont simples : parce qu’on a de temps en temps besoin d’effectuer un trajet plus rapidement (pour ne pas arriver en retard au travail ou à un rendez-vous), parce que son parcours est truffé de pentes et qu’on a besoin de plus de puissance, ou tout simplement pour le plaisir de la vitesse à deux-roues !

Comment fonctionne un débridage ?

speed over 25 km/h

Le débridage ne pousse pas un moteur à bout. C’est plutôt le bridage qui limite les capacités « naturelles » du moteur. À la base, le débridage consiste à retoucher le système d’assistance électrique, de façon à ce que le moteur tourne « normalement ». Pour cela, il existe plusieurs procédés :

  1. Le débridage s’opère en « trompant » le contrôleur électronique en lui fournissant des données faussées. Après la modification, le moteur délivrera la puissance d’assistance au delà de 25 km/h.  Le contrôleur, lui, enregistrera un niveau de vitesse différent, un chiffre qui ne dépasse pas le seuil réglementaire. La vitesse affichée n’est plus correcte mais elle correspond à la moitié de la vitesse réelle.
  2. On supprime totalement la bride. Tout les indicateurs sont fiables et réels, la vitesse avec assistance n’est limitée que par la puissance maximale que le moteur peut délivrer.

À noter cependant qu’un débridage peut varier en technicité, d’une motorisation à une autre. L’opération à effectuer sur un VAE peut ne pas fonctionner pour un autre. Il est donc primordial de se renseigner sur son moteur pour choisir la bonne technique de débridage. Si vous optez pour un kit de débridage, vous verrez qu’il a fallut développer un kit pour chaque modèle de moteur. Certains moteurs sont plus difficiles, voire impossibles à débrider, comme la plupart des systèmes sur moyeu (les Panasonic sur moyeu arrière, les Xion de Neodrive, les Go Swiss Drive, etc). Les systèmes que vous pouvez facilement adapter, ce sont ceux munis de moteurs pédaliers. Il s’agit des moteurs Bosch, Brose, Bafang, Yamaha, des moteurs centraux Panasonic de 36V, etc. Quoiqu’il en soit, il existe sur le marché un grand nombre d’alternatives pour débrider votre vélo, ainsi la quasi totalité des modèles de VAE peuvent être modifiés.

Débridage d’un VAE : comment procéder ?

Même si les méthodes que vous allez découvrir sont archi simples et souvent accessibles aux moins doués en électronique, le débridage reste une pratique plus délicate. En prenant note des techniques de débridage présentées dans cet article et en les pratiquant, vous le faites à vos propres risques. Vous en êtes seuls responsables en cas de dommages sur votre équipement ou sur vous-mêmes. Vous l’aurez compris, en donnant seulement des informations, je me décharge de toute responsabilité par rapport à l’utilisation personnelle que vous en faites. Avant de débrider votre moteur, notez bien les risques auxquels vous vous exposez :

  • Vérifiez que votre vélo est bien débridable.
  • Notez les avantages que vous perdez d’un point de vu légal (piste cyclable, casque non obligatoire…)
  • Vous perdez le statut de VAE de votre vélo.
  • Assimilé aux cyclomoteurs vous encourez des sanctions en cas de conduites irrégulières.

Le débridage en mode bricolage (sans kit de débridage)

(Pour les non bricoleurs, il existe des kits de débridage sur Lilibike.com)

Si votre vélo électrique le permet, c’est une procédure simple qui peut s’expliquer différemment d’un spécialiste à l’autre. Mais tout tourne sur un élément majeur : le capteur de vitesse. Celui-ci transmet le comportement du vélo (pédale, roue) au variateur ou contrôleur, lequel dicte le niveau d’assistance nécessaire et maximal que devra délivrer le moteur. Il suffit donc tout simplement de modifier la façon dont ce transmetteur envoie les données au contrôleur. 2 méthodes sont en lice :

Déplacer les éléments du capteur

Deux éléments composent cet organe de mesure propre au VAE : le capteur proprement dit placé sur une des bases du cadre et un aimant placé sur un des rayons de la roue arrière. Il ne s’agit pas uniquement de compter le nombre de tours effectués par l’aimant autour de l’axe de la roue. Le calcul de la vitesse se fait surtout en considérant la circonférence de la roue, sachant que plus celle-ci est grande, plus le véhicule « avance » vite. En déplaçant le dispositif au niveau d’un autre élément que la roue, on peut ainsi avoir des chiffres différents. De manière à ce que le contrôleur perçoive une fréquence de passage moins importante de l’aimant devant le capteur, il faut placer ceux-ci au niveau d’une autre zone : par exemple dans l’entourage du pédalier (le pédalier toune moins vite que la roue. De ce fait, le contrôleur reçoit une donnée de vitesse amoindrie par rapport à la réalité. Voici en quelques étapes comment vous allez procéder :

  • Nul besoin de démonter les roues ou le système électrique
  • Munissez-vous d’une clé Allen et/ou d’une clé Torx, ainsi que d’un ruban adhésif ou d’une autre matière de maintien (une attache-câble par exemple).
  • Commencez par démonter ou déplacer délicatement le capteur et l’aimant.
  • Vous pouvez aussi, tout simplement, enlever l’aimant et le remplacer par un aimant en néodyme très puissant (disponible ici : Amazon)
  • Fixez l’aimant sur le support d’une pédale.
  • Déplacez ensuite le capteur et retournez-le de façon à faire face à l’aimant… ET voilà ! C’est à peu près tout.

Cette vidéo Youtube en anglais vous donnent un aperçu de ce que ça donne :

Faites un petit essai pour voir si cela fonctionne. Si vous n’avez pas de résultat, corrigez l’emplacement du capteur jusqu’à ce que vous en soyez satisfait. Si cette méthode ne vous convainc pas, il y a une autre technique…

Déconnecter le câblage du capteur

Bien que cette méthode peut paraître simple, elle est peu utilisée chez les utilisateurs de VAE. En gros, il s’agit de faire en sorte que le compteur de vitesse reste à zéro : le débridage total ! (Je vous invite à lire ce billet explicitant l’essai et l’expérience d’un bloggeur de même que cette vidéo youtube qui semble démontrer rapidement la technique). Le principal problème avec cette méthode, c’est de connaître le fil à débrancher. D’autant plus que, s’il s’agit d’un procédé difficilement réversible. Du coup, jusqu’à ce qu’on puisse en confirmer l’efficacité, sachant qu’il y a très peu de retours sur ce dernier procédé, nous vous conseillons donc plutôt d’opter pour la première méthode qui consiste à déplacer les éléments du capteur..

Ajoutons que ces deux méthodes manuelles ne fonctionneront pas sur toutes les assistances (notamment sur les contrôleurs Bosch après 2011 qui intègrent un logiciel anti-débridage), nous vous conseillons donc la solution la plus conventionnelle et la plus fiable : le kit de débridage.

Le kit de débridage de VAE

Comprenant l’intérêt grandissant et évident des cyclistes de tous les horizons pour le dépassement des 25kmh, un beau panel de fabricants s’y est penché. Plus besoin d’astuces qui doivent faire leur preuve, le débridage se fait plus simplement, et plus professionnellement. Les vététistes et les simples riders de ville pourront adopter, pour une centaine d’euros en moyenne (les plus chers peuvent coûter 300 euros), une manière plus simple de gagner de la vitesse. Les kits de débridage sont des dispositifs dont le fonctionnement repose sur le même principe que la méthode bricolage : faire croire au contrôleur que le vélo roule en deçà de la vitesse maximale autorisée en VAE. Mais avec cette solution pratique et plus élaborée, le retour au comportement réglementaire du vélo est souvent plus facile. Il en existe un bon nombre sur le marché. Ces kits sont différents d’un concepteur à l’autre et peuvent ne fonctionner que sur des moteurs spécifiques (les moteurs Kalkhoff et certains modèles Bosch par exemple sont particulièrement exigeants). Parfois il faut regarder votre tableau de bord pour choisir le bon kit. Pour les VAE Giant, le kit diffère selon si vous avez une commande Ride ou EVO :

Nous allons classer les kits de débridage en 2 catégories : ceux qui nécessitent le démontage du système d’assistance, et ceux qui se fixent plus simplement.

Les kits sans démontage

Dans cette catégorie, il n’y a donc pas besoin de démonter le carter, le dispositif est fixé tout simplement sur celui-ci ou directement sur le capteur du vélo. L’un des équipements de ce genre qui a le plus la côte de nos jours, c’est le kit Badass Box. Pour l’installer, cette vidéo vous montre comme c’est facile. Pour l’heure, son principal concurrent sérieux demeure AUlero FX, avec en gros les mêmes caractéristiques, le même fonctionnement et le même style d’installation. L’optimisation est automatique et parfois immédiate. Cependant, pour certains kits, le débridage s’opère après avoir atteint une certaine vitesse (souvent entre 15 et 20 km/h). Une fois cette vitesse dépassée, votre tableau de bord affichera la moitié de la vitesse réelle engagée.

Les kits pour UNE installation interne

Dans cette catégorie, certains modèles sont des précurseurs en la matière, par exemple le SX2 de la société Maintronic. Au fur et à mesure, il s’en est suivi une multitude, comme le Bikespeed RS, BPX Key, le Speed Box pour Yamaha, ASA E-SPEED B25 dédié au moteur Bosch Active, le JUM-Ped (plus connu aux États-Unis) et bien d’autres à découvrir. En l’occurrence, ce sont des modules que les plus initiés appellent communément « dongle », étant donné qu’ils sont connectés au contrôleur de manière à contourner le système de captage. Ils ont été créés spécialement pour de nombreux vélos électriques qui ne sont pas débridables par simple bricolage. Quant à leur configuration, les dongles sont constitués d’un microcontrôleur et jusqu’à 4 fils de connexion. Leur mode d’installation diffère d’un modèle à l’autre, mais ils nécessitent tous l’enlèvement du carter qui abrite le système d’assistance. Le dispositif est introduit dans le système. L’avantage avec ces kits de débridage prêts à l’usage, c’est la possibilité de les désactiver à tout moment sans aucun travail de démontage. Ils comportent pour la plus part un système d’arrêt permettant de revenir au fonctionnement normal du système d’assistance. Certains sont dotés d’interrupteurs, par exemple le dispositif s’active ou se désactive par appui sur le bouton d’éclairage de la console (étant donc liés à la fonction d’éclairage du VAE).

Mon installation interne en images

J’ai débridé mon VAE Giant Ride Control et pris quelques photos pour vous montrez les principales étapes. Le plus long est d’enlever les vis pour accéder aux câbles. Le branchement est ensuite ultra-facile. Je l’ai fait avec un kit Speed Up. Les caractéristiques techniques du kit ne sont pas optimum car l’affichage est divisé par 2 et le débridage est permanent. Disons que c’est parfait pour le tutoriel, car les installations internes se ressemblent toutes très fortement :

  1. Présentation de mon moteur
  2. Présentation de mon tableau de bord
  3. Accès à la partie interne du moteur
  4. Inventaire des vis que j’ai retirées
  5. Présentation des câbles d’origine logés dans le carénage
  6. Branchement du kit entre le moteur et le contrôleur
En image ça donne ça :

Une appli pour débrider le VAE, ça existe ?

Cette vidéo a sans doute suscité bon nombre d’interrogations. Comment est-ce possible ? Avec 2 simples applis, de dérégler les informations de son contrôleur, et particulièrement des données physiques, pour ensuite débrider le véhicule ? La réponse se trouve outre-Atlantique, et la technologie est effectivement révolutionnaire. Il ne s’agit pas tout à fait du travail de la seule application. Il s’agit du contrôle de l’action d’un module à installation interne : le Blueped. Ce kit nécessite de pouvoir accéder au moteur (accès facile dans la plupart des cas) puisqu’il doit être connecté principalement avec le capteur de vitesse, le contrôleur et la console. Une fois le kit installé, vous pouvez télécharger l’application dédiée, disponible dans l’App Store mais aussi chez Google Play. Un appairage en Bluetooth est nécessaire. Par la suite, vous y découvrirez de nombreux paramètres synchronisés que vous pourrez modifier à souhait, dont la taille de vos roues, etc. À noter seulement que ce module n’est officiellement compatible qu’avec les systèmes Yamaha.

Quelle(s) solution(s) de débridage choisir ?

La solution la plus simple pour débrider son VAE est sans doute celle qui évite le démontage du carter moteur. Ces kits sont compatibles avec beaucoup de marques de moteur. La Badass Box par exemple est compatible avec presque toutes les marques de motorisations les plus populaires. Très simple à mettre en place, ils ne nécessitent aucune configuration spécifique. Les autres kits de débridage sont aussi très plébiscités. Bien qu’il faille accéder au moteur en retirant le capot de protection, l’installation prend à peine 5 minutes, personnellement je préfère cette méthode. En ce qui concerne l’efficacité et la performance, les retours sont bons. Voici un tableau représentant quelques marques de kits de débridage pour vélos à assistance électrique ainsi que leur gain en terme de vitesse :

Kits de débridageCompatibilité motorisationVitesse max.
SpeedBox 1Brose / Impulse / Shimano / Bafang50 km/h
SpeedBox 2Yamaha, Bosch Active Line / Yamaha PW-X / Yamaha Giant50 km/h et plus
PoliniBosch Active Line, Performance et CX / Brose / Yamaha PW et PW-X / Yamaha Giant / Shimano / Panasonic45 km/h
Badass BoxBosch Classic Line, Performance et CX / Brose / Kalkhoff / Yamaha / Yamaha Giant / Shimano / Conti45 km/h
ASA (Autotechnik)Yamaha PW55 km/h et plus
JUM-PedBionX / Bosch50 km/h
BluepedYamaha75 km/h
Speed Up BoxBosch40 km/h
Speed Up GhostBosch40 km/h
Sx2 MaintronicBrose / Bosch / Panasonic / Impulse50 km/h

Autres optimisations importantes pour un débridage efficace

Un point important peu discuté dans les sujets qui touchent le débridage des VAE, c’est la possibilité d’une optimisation du mécanisme afin de fiabiliser le débridage. En effet, les conséquences d’un gain de puissance du vélo se distinguent aussi au niveau du matériel. Autant que l’usure de la batterie, certaines parties du véhicule deviendront aussi plus usées que jamais. Voici donc  une petite liste des modifications à réaliser pour vous éviter ces désagréments :

  • Choisir un plateau de grande dimensions : En débridant votre VAE, vous irez plus vite et donc votre cadence de pédalage sera plus grande. Un plateau avec un diamètre plus grand (avec plus de dents) sera donc plus agréable à vitesse élevée. Il s’usera aussi moins vite.
  • Augmenter la dimension de la chaine : Adaptation nécessaire suite à la modification du plateau.
  • Revoir la structure de la fourche : L’une des principales contrariétés pouvant être rencontrées suite à un débridage, c’est l’usure prématurée de la fourche. Cette pièce est en effet plus sollicitée quand le vélo roule souvent à haute vitesse.
  • Adapter la pression des pneus, en l’augmentant légèrement.

Qu’en est il de la puissance moteur ?

La puissance du moteur reste inchangé. Si vous avez un moteur de 250 watts (36 volts, 7 ampères), une fois débridé, votre moteur délivrera toujours la même puissance et le même couple, même au delà de 25 km/h. C’est plus votre batterie qui sera impactée.

Faut-il changer la batterie ?

Effectivement, c’est un autre élément crucial en matière de débridage de vélos électriques. Profiter d’une assistance au pédalage à une vitesse élevée requiert une puissance tout aussi conséquente, donc également une énergie électrique plus importante. L’autonomie de votre batterie initiale sera amoindrie face aux nouvelles sollicitations du moteur. Pour résumer, en exploitant davantage la puissance de votre moteur, vous consommez davantage l’énergie stockée dans votre batterie. L’explication avec un exmple chiffré :

  • Votre moteur : 250 Watts  – 36 Volts – 7 Amperes
  • Votre batterie : 36 Volts – 7 Amperes heure, soit 250 Watts heure

>> Cela signifie qu’avec votre batterie vous pouvez utiliser votre moteur en continu pendant 1h. En comparaison avec un vélo bridé, vous n’êtes pas toujours assisté (pas au delà de 25 km/h), vous pourrez donc roulez plus longtemps. Cela nous rappelle que l’autonomie de votre batterie dépend toujours de comment nous la sollicitons. Un bon coup de pédale accompagné d’une légère assistance moteur à 35 km/h vous permettra de rouler plus longtemps qu’en ville à 15 km/h ou vous passez votre temps à faire des départs arrêtés, assisté à bloc.

Les dangers et risques liés au débridage

Le risque juridique

Un vélo débridé est considéré comme un cyclomoteur. Il faut donc respecter la règlementation qui s’applique pour ces véhicules (casque, assurance, permis cyclo…). En roulant dans un domaine privé ou en milieu sportif bien encadré, il n’y aura pas de problème. Pour ceux qui s’aventurent à conduire dans des endroits publics, le plus simple est de désactiver son système (sur certains vélos cela est possible via un bouton de votre tableau de bord). Dans ce cas précis vous rentrez à nouveau dans la catégorie des vélos et vous éviter une amende en cas de contrôle.

La sécurité

Les modifications techniques à apporter sur un VAE débridé sont assez nombreuses. En y apportant les soins nécessaires, et en roulant avec précaution, on peut profiter en toute sérénité de son débridage. A vive allure le risque d’accident augmente.

La garantie (constructeur ou vendeur)

Un VAE débridé n’emporte plus de garantie constructeur. Comment le vendeur le saura-t-il ? Les vélos débridés sont de plus en plus répandus et les commerçants sont en mesure de déceler la moindre trace de « tuning » sur un deux-roues électrique, même si vous avez retiré le kit de débridage. Le seul fabricant connu pour intégré une fonctionnalité de débridage native de sa motorisation, c’est EVO, avec sa gamme BH de 36 V et 48 V. Le constructeur assure que l’action de son module n’a pas d’incidence sur son système, et que la garantie fonctionnera toujours si le propriétaire n’utilise pas d’autres kits.

Conséquence sur l’assurance

Même si cela n’est pas obligatoire, il est tout à fait possible d’assurer son VAE compte tenu de coût qu’il représente. Dans ce cas, évitez de le débrider parce que l’assureur ne vous indemnisera pas en cas d’accident.

Vous débridez votre vélo électrique ? Vous irez plus vite certes, mais ne vous prenez pas pour un super-zéro pour autant ! Roulez prudemment et équipé. il en va de votre sécurité et de celle des autres !

Pour conclure, j’espère que cet article vous a été utile. Si vous souhaitez plus d’information, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou me contacter par email : bertrand@debrider-velo-electrique.com

9 réflexions sur « Débrider son vélo électrique de A à Z »

  1. Bonjour,
    Je suis possesseur d’un kalkhoff impulse evo next pedelec 8 vitesses dans le moyeu AR.
    Avec 4 degrés d’assistance. (éco, sport, power et ultra) Je l’ai réglé via le cadran de contrôle sur une assistance « dynamique » car ma maison est en pleine montagne. Dés que je sors, ça monte…!
    Je l’ai acquis en avril 2018, et il me donne entière satisfaction. Je fais partie d’un club cyclo, et certains gaillards ont un bon coup de pédale. En fait, on fait des sorties tous ensemble, vélos secs et v.a.e…
    A 25/26,5 km/h selon les marques de v.a.e, nous sommes distancés irrémédiablement par les vélos « de course »… Alors quelques un (dont moi) sommes intéressés par un kit qui nous permette d’accompagner nos copains sans les faire attendre. J’ai parcouru de façon un peu supperficielle les propositions des fabricants qui font de la pub sur internet mais rien trouvé de probant…
    En fait, je souhaiterais un kit type « dongle » et pas un type « badas » qui se fixe à l’ extérieur.
    Il faudrait qu’il indique la vrai vitesse et non pas une vitesse divisée par deux.
    Qu’il soit commutable pour le mettre en action ou pas.
    Je fais appel à vos connaissances en la matière car après avoir lu vos articles sur la questions, l’on voit que vous en connaissez un « rayon » !
    Avec mes sincères remeciements.
    Michel Sidén

  2. Bonjour ,j’ai lu avec attention votre tutoriel qui me fait un peu hésiter mais je trouve que 25 kh c’est un peu juste , j’ai moi aussi un vtt électrique que j’aimerai débrider ,le vendeur sur son site dit qu’il est possible de débrider ce vélo à l’écran. C’est un Ecran LCD VG by VOLTAGREEN C7 Center ,LE VTT est un CRZ XRACE son moteur 48V-350W (bridé à 250W)Batterie PANASONIC Intégrée 768Wh – 48V 16Ah,je n’arrive pas a trouver les bons codes sur le net,auriez vous des informations que je n’arrive pas a trouver.
    Je vous remercie d’avance

  3. Bonjour,
    Détenteur d’un specialized Men’s Turbo Vado 3.0, 2019, avec batterie 600 wh, je souhaiterais débrider mon VAE, pour pouvoir suivre de vélos de route sur « Faux Plat » à 45Km;
    Les préconisation par modification de la circonférence de la roue ne fonctionne pas;
    Il semblerait que Specialized a bloquer le système;
    Qui peut m’aider?
    Merci d’avance

  4. bonjour j’aurais une question donc si je suis tous bien il est impossible de debrider un moteur x 35 Ebikemotion situer dans la roue arriere merci pour votre reponse .

  5. bonjour
    j’ai un VAE moteur roue arrière high speed BRUSHLEESS 48V 500W
    batterie 13 AH 48 V 624 V
    tous ce qu’il faut, mais il se traine
    que faire sur ce moteur ? merci de vos réponses et conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *